CORPUS FRANCISCANUM, François d'Assise corps et textes.
DALARUN Jacques.

CORPUS FRANCISCANUM, François d'Assise corps et textes.

Zones Sensibles
Prix régulier €22,00 €0,00 Prix unitaire par

Dans les années qui suivirent la mort de François d’Assise en 1226, les frères mineurs – ses fils spirituels – prirent soin de rassembler et de copier ses écrits, de rédiger et de diffuser ses biographies : l’enseignement qu’il avait laissé à la fois par ses mots et par son exemple. Tous les groupes qui souhaitent s’institutionnaliser ressentent ce besoin de s’ériger en « communauté textuelle », fondée sur un corpus qui fasse consensus, « sens commun ». Mais il est rare que la figure du fondateur y occupe un telle place, confinant ici au culte de la personnalité. Le paradoxe est que cette élaboration textuelle s’est développée autour d’un homme qui, en son temps, était considéré comme un illettré, un idiota, puisqu’il ne maîtrisait pas parfaitement le latin. Quelques décennies plus tard, au regard des constitutions de 1239, François aurait eu le plus grand mal à se faire recruter dans sa propre fondation et un abysse culturel le sépare d’un frère lettré comme Bonaventure, théologien à l’université de Paris et ministre général à partir de 1257. Pourtant, toutes les anthologies d’écrits franciscains (écrits de François et sur François), qui existent aujourd’hui dans la plupart des langues modernes, présentent comme un corpus homogène cet agglomérat improbable de niveaux de culture, couvrant la totalité des degrés d’alphabétisation distingués par le grand paléographe italien Armando Petrucci, notamment dans Promenades au pays de l’écriture (Zones sensibles, 2019). La première originalité de Corpus franciscanum est de mettre en évidence cette bigarrure, plutôt que de chercher à l’estomper, et de tenter d’en comprendre les multiples implications. Des paroles dictées par François en ombrien et retranscrites en latin par un scribe plus instruit que lui sont-elles vraiment un écrit de François ? Où commence un texte ? Où s’arrête-t-il ? Une légende insérée dans l’office fait-elle partie du texte de l’office ? Un recueil de miracles posthumes prolongeant la biographie du saint fait-il partie de la légende ? Du moment où l’on accepte ces remises en cause, on se rend compte que la fameuse « question franciscaine » – ce puzzle des écrits franciscains que l’on tente de reconstituer depuis quelque cent vingt ans – a été posée sur des bases tout aussi artificielles, plus idéologiques que codicologiques. Si l’on prend en compte la seule réalité dont nous disposions – la réalité « codicologique », celle des codices manuscrits –, il apparaît soudain que tous les scénarios élaborés depuis plus d’un siècle, opposant telle légende dissidente à telle autre officielle, n’ont aucune base réelle puisque ces deux textes sont transmis par le même volume manuscrit et ne risquent guère de provenir de factions adverses. Corpus franciscanum comporte deux parties. Dans la première, Jacques Dalarun conte une nouvelle histoire des origines franciscaines au travers du corpus des écrits et des légendes. La seconde partie consiste en 45 double-pages où, dans chacune d’entre elles, est reproduit en très haute définition et à l’échelle 1/1, un manuscrit dont il est question dans la première partie de l’ouvrage. Chaque manuscrit est succinctement présenté et analysé, de sorte que l’on puisse consulter les manuscrits indépendamment du texte de la première partie, ou lire le texte indépendamment des manuscrits.

N° d'inventaire 25202
Format 17 x 21 cm
Détails 192 p., Broché.
Publication Bruxelles, 2021
Etat neuf
ISBN 9782930601502